Le Père Noël est une ordure !

Pour ce défi 274 chez les Croqueurs de Môts,

j’ai demandé de créer un scénario en s’inspirant de l’image ci-dessus …

Les personnages ne sont autres que Pépé et Mémé Jeanne,

Pour ceux qui ont suivi ce couple devenu mythique , Je pense vous n’aurez pas trop

de mal à deviner la fin du film .

Nous sommes à la veille de Noël, Mémé Jeanne, qui était partie se ressourcer à la

campagne avec un  jeune papa, agriculteur et veuf,  qu’elle avait rencontré

dans une célèbre émission télévisée , revient en ville pour rejoindre son Pépé.

Elle le retrouve en T-shirt par moins dix degrés entrain de pelleter la neige

de l’entrée. Le voyant peiner sous l’effort elle laisse tomber la veste

pour lui prêter main forte.

Juste au moment de terminer , une chorale vient chanter devant la porte, ce

qui énerve royalement Pépé et émerveille Mémé Jeanne. Force est de constater que

Pépé , malgré tous ces mois, éloigné de sa dulcinée, ne veut faire aucun

effort et se met à ronchonner.

Il n’a jamais aimé Noël, tandis que Mémé Jeanne adore.

Pour ne pas plomber l’ambiance, elle lui propose d’aller faire du shopping de Noël.

C’est là qu’un miracle se produit, Mémé Jeanne n’en revient pas, il accepte d’acheter

un sapin et même de faire quelques courses afin de préparer un repas de Nöel à la

dernière minute. Et c’est là que la magie de Noël perd toute sa valeur,

il décide de l’emmener faire les enchères de la charité faisant rappeler, que si  elle

ne l’avait pas contraint à démissionner de son poste parce qu’il a abusé de

son statut de journaliste pour entrer dans sa vie privée, il ne serait pas aussi

dépouillé.

Paroles, paroles dont Mémé Jeanne n’a plus envie de s’encombrer, elle décide de le

planter là pour retourner à la campagne, retrouver son bel agriculteur.

Joyeux Noël à vous tous qui me suivez ici et ailleurs.

J’ai beaucoup de chance de vous avoir !!!

Lettre au Père Noël !

Pour ce premier jeudi poésie, défi 274

chez les Croqueurs de Môts,

je m’y suis collée afin de clôturer cette année

sur le thème de Noël !

J’ai choisi une lettre que j’avais écrite 

il y a quelques années, lorsque j’organisais 

le concours de la plus belle lettre au Père Noël

sur l’Annuaire pour les Nuls

Voici ma participation :

Bien cher Père Noël,

Est-ce que tu fais toujours des cadeaux aux enfants sages ?

Parce que Maman dit que je suis sa petite biquette

et Papa dit que je suis un amour de petite fille.

Mon frère lui, dit que je suis timbrée

et n’arrête pas de me faire des vacheries

alors je t’avoue que parfois je lui fais

des blagues pour me défendre.

Mais c’est pas méchant ça hein Père Noël ?

Hier j’ai fait un très beau sapin rien que pour toi.

J’y ai mis une étoile au sommet, des boules

et des guirlandes remplies d’étincelles.

Pour te séduire je t’ai même servi comme offrande

un verre de Champagne ,

je l’ai caché sous le sombrero de mon papa,

parce que je crains que mon frère, le trouve.

Quand tu viendras, un peu après l’arrêt de Montcucq,

tu trouveras ma maison,

s’il te plait veille à ne pas marcher

dans les crottes de tes rênes

parce que ma Maman ne serait pas contente.

Je crois que j’ai oublié de te demander

ce que j’aimerais recevoir.

Cette année je veux juste te demander quelques faveurs,

Offre un cerveau à tous ceux qui n’en n’ont pas,

Du respect à tous ceux qui ne le connaissent pas

De la gentillesse aux méchants

Et du bon sens aux idiots….

Je sais ce n’est pas gagné.

Merci Père Noël.

Domi.

ps : en sortant n’oublie pas d’éteindre la lumière

parce que mon Papa dit que ça coûte cher.

 

Où est passé ma jeunesse … Je crois bien qu’Hélléparthie !

Pour ce second jeudi poésie chez les Croqueurs de Môts

mené en toute simplicité par Colette,

notre âme soeur canadienne ,

j’ai fouillé très loin dans mon grenier.

C’était en 2008, je débarquais sur la planète blog.

En ce temps là je n’étais pas très créative

je puisais des textes tout faits sur le net.

Faut dire que j’étais une novice en la matière,

c’est en parcourant les blogs que j’ai commencé

à prendre goût aux mots qui sont devenus des Môts

et aujourd’hui, même si je suis moins assidue,

pour rien au monde je ne pourrais m’en passer.

Voici ma participation …

– Si un café t’ empêche de dormir

– Si une bière t’envoie directement aux toilettes

– Si tout te paraît trop cher

– Si n’importe quelle bêtise te met en rogne

– Si un léger excès fait monter l’aiguille de ta balance

– Si tu arrives à l’âge des métaux

(cheveux d’ argent, dents en or, pacemaker en titane)

– Si la viande te fait mal à l’ estomac,

– Si le poivre t’irrite et l’ail te fait régurgiter

– Si le sel fait monter ta tension

– Si tu demandes au maître d’hôtel

une table loin de la musique et des gens

– Si attacher tes lacets te fait mal au dos

– Si la télé t’endort

– Si tu dois te servir de plusieurs paires de lunettes

(de près, de loin, de soleil)

– Si tu as des douleurs d’origine inconnue

– Si tu as un ou plusieurs de ces symptômes,

ATTENTION!

C’est sûr, tu souffres d’Helléparthie !

Procrastination !!!

Pour ce premier jeudi poésie du défi 271

mené par Jeanne Fadosi, chez les Croqueurs de Môts

le thème était libre mais pour ceux qui préfèrent un guide,

choisir dans les instruments de mesure du temps qui passe.

…  c’est passer 10 minutes à choisir le bon stylo pour travailler

Procrastination c’est faire une tasse de thé

Procrastination, c’est trouver la façon la plus difficile de faire quelque chose

C’est passer d’une idée à une autre

C’est vérifier ses emails

Ecrire des emails

Procrastination c’est refaire une tasse de thé

Procrastiner c’est regarder par la fenêtre

Regarder les voisins

C’est regarder la télé

C’est être incapable d’arrêter de regarder la télé

C’est fumer une cigarette

C’est faire la vaisselle

Procrastination c’est ranger son bureau

C’est créer un plan d’évacuation

Procrastination c’est déménager ses meubles

C’est jouer à des jeux vidéos

C’est jouer à des jeux imaginaires avec ses meubles

Procrastination c’est mettre ses chaussettes par paire

C’est écrire des lettres de remerciement

C’est ne pas écrire des lettres de remerciement

Procrastination

C’est rêver la journée

Procrastination c’est caresser quelque chose

C’est arroser une plante

C’est griffonner

Procrastination c’est essayer de faire pousser des moustaches

C’est chasser une mouche

C’est tapoter avec son crayon

C’est faire mille choses en même temps et ne rien finir

Procrastination c’est faire une sieste

Procrastination c’est devenir ivre

C’est se gratter

Se re refaire une tasse de thé

C’est se couper le doigt aux rayons d’un vélo

C’est se mettre les doigts dans le nez

C’est attendre le facteur

C’est essayer d’éviter l’inévitable

Procrastination c’est écrire une liste

C’est avoir peur de finir quelque chose

Et vous savez quoi

J’ai très peur d’en être atteinte

Puisque cet article m’a occupée

Toute cette sainte journée

Rien que pour trouver l’inspiration

.Et pourtant j’avais de grands projets ce matin en me levant

Ranger ma maison avant le week-end

Faire du nettoyage, décorer ma maison

Remercier tous ceux qui me font le plaisir

De venir me lire

Venir vous lire

Etc, etc….

Et bien, vu l’heure tardive d’hier soir

j’ai choisi la procrastination en éditant

ma participation aujourd’hui 😉

-dimdamdom-

Ces objets qui font notre environnement

Pour cette nouvelle quinzaine chez les Croqueurs de Môts:

Anne nous propose de faire parler un objet qui raconte sa propre histoire

pendant un moment déterminé ou bien son quotidien.

2014, rien ne va plus pour moi

Je prends de grandes décisions …

Rester assis au bureau nuit gravement à la santé

Alors j’ai arrêté de travailler.

Ne croyez pas que c’était à cause d’un manque d’ambition

Pas non plus à cause de mon âge

J’avais encore l’âge de travailler

Mais à force de me voir refuser des avantages

Que je méritais pour bons et loyaux services

Je me suis levée un matin fatiguée, éreintée

Avec une dent contre mon patron.

Faut dire qu’il me cherchait depuis tout un temps

C’est sans aucune considération

Que ce matin là je l’envoyais promener.

Une longue période de doute s’installa en moi

Je cherchais la sérénité que je ne trouvais plus

Même lorsque le crépuscule m’apportait son croissant de lune.

Puis je me suis assise devant cet écran

A attendre je ne sais qui je ne sais quoi.

Mon cher époux, essaya par tous les moyens

De me sortir de cette torpeur envahissante

Quand il tomba sur cette jeune femme gracile

Qui se donnait des airs de femme sans vertu

Qui n’avait pas de paix dans le ventre peut-être ailleurs non plus.

Mon pauvre chéri se rendit vite compte

Qu’elle avait pour toute richesse philosophique

Des émissions cultes comme « Citron-Grenadine«

Je l’ai laissé revenir, il m’a joué le psalmiste ….

Parole, parole … chacun connait la chanson

Mais c’était sans compter

Que mes fesses étaient désormais gravées sur ce tabouret

A qui je dédie cette petite réflexion poétique !!!

Mon tabouret…

Avant que je ne te connaisse

Mon coeur était en détresse

Pfff rien qu’une histoire de fesses

Mon chéri me trouvant devenue molle de fesses

Se laissa tenter par de jolies fesses

Alors je suis venue sur toi poser mes fesses

Et suis passée à confesse

Est arrivée Jill-Bill notre maîtresse

Et sa cour en liesse

Mon chéri, lui est revenu à mes fesses

Car sa maîtresse

En vérité n’était qu’une folle de messe

Depuis il me colle aux fesses

De peur qu’ici on ne s’intéresse

De trop près à mes fesses

Il voudrait maintenant que je te délaisse

Il me couvre de caresses

Je le sens en détresse…

Et moi c’est sans délicatesse

Mais un rien de politesse

Que je lui dis “ Mes fesses”

-dimdamdom-

Nous sommes en 2022

Et voilà que j’ai quitté mon patron, mon chéri et mon tabouret

et me voici enfin libre et heureuse !!!

 

 

Coque-coquille-coquillage

Certes ce ne fut pas de tout repos

Oublier ses proches n’est pas facile

Quémander n’est pas mendier

Unique est l’expérience

Impossible n’est pas Français

Libre dans sa tête

Lâcher prise si possible

Ah mais quelle aventure

Graver les souvenirs

Estime de soi retrouvée

– dimdamdom –

Pour ce 2ème jeudi poésie  chez les Croqueurs de Môts

Renée (Envie2) nous demandait  un poème sur le thème *coquillage*

en incluant le nom de Domi (Dominique) dedans !

Merci Renée pour cette mise à l’honneur

J’ai été très touchée en lisant toutes les participations

et les commentaires à mon égard.

 

 

 

Chem-chemin-cheminez

Pour cette nouvelle quinzaine chez les Croqueurs de Môts

c’est Renée (Envie2) qui prenait la barre.

Elle nous propose de créer un poème sur le thème du Chemin.

Ca tombe bien, je viens de faire une étape de 400 km

vers le Chemin de Compostelle , de la frontière Belge

jusqu’à Vézelay , carrefour des chemins.

C’est fou tout ce que m’a apporté ce chemin.

J’ai appris tant de choses à commencer par l’humilité.

J’ai appris à aller chercher l’énergie au plus profond de mon être,

à surpasser mes angoisses, à me débrouiller dans les situations difficiles.

J’ai même appris à faire pipi debout derrière une botte de foin

au bord d’une départementale 😆

J’ai appris à me taire et à écouter.

Mon introspection m’aura appris une chose,

qu’il faut toujours donner sans rien attendre en retour pour ne jamais être déçu

Désormais je vais me nourrir de tout ce que j’ai vécu de beau

pendant ce chemin pour avancer dans ma vie et surmonter les obstacles.

Merci encore pour tous vos encouragements pendant mon parcours

que ce soit ici ou ailleurs, cela m’a aider pour avancer.

 

Qu’il était long le chemin

Mais tellement bon

Que mon coeur en fait des bonds

Je garderai de ces instants

Des souvenirs latents

De rencontres et retrouvailles

D’instants canailles

Avec vous mes amis je suis prête

A faire de chaque jour, un jour de fête

A faire et refaire le tour du monde

Du moment que la joie m’inonde

Voilà ma façon de vous dire

Que ma vie avec vous n’est que sourire

-dimdamdom-

Je dédie mon petit poème

à tous ceux de ce monde virtuel

que j’ai eu le grand plaisir de rencontrer

dans ma vie de blogueuse et sur le chemin de Compostelle .

Certains sont restés des amis sincères

d’autres j’ai perdu de vue

avec certains le courant n’est pas passé…

Mais je garde au fond de moi

un souvenir ému de chaque rencontre

Hilarion le petit glouton

Pour ce second jeudi poésie du défi 268

mené cette quinzaine par Jill Bill 

chez les Croqueurs de Môts

le thème est libre ou les sept capitaux.

Voici ma participation , c’est du réchauffé

mais on dit souvent que c’est encore meilleur !

Hilarion

Ce charmant petit garçon

Est un enfant

Très gourmand

A force de manger des gâteaux

Il ressemble à un éléphanteau

Et pourtant il est hilare

Le petit Babar

Hilarion

Est très glouton

Il use de ses papilles gustatives

De façon compulsive

A force de manger des chocolats

Il ressemble à un panda

Et pourtant il est hilare

Le petit castard

Hilarion

Est un joyeux petit garçon

Du soir au matin

Il est un boute en train

A force de rigoler

Il ressemble à un chimpanzé

Toujours il est hilare

Le petit malabar

-dimdamdom-

La gourmandise !!!

Pour ce défi 268 chez les Croqueurs de Môts

Jill Bill nous demande

« Un acrostiche avec l’un des 7 péchés capitaux »

Gourmand tu es

Obèse tu deviendras

Usé ton coeur sera

Rouillées finiront tes articulations

Mais si tout tu manges avec modération

Allégé tu vivras

N‘oublie jamais ça

Disait mon docteur

Idiolecte de bonimenteur

Saint Honoré, Ô Saint patrons des boulangers

Expliquez lui vous, que je ne suis qu’un fin gourmet

-dimdamdom-